Les technos de demain selon What’s next Paris !


Le chanteur des ZZtop, une star de la Tectonique, un ex cowboy reconverti, monsieur sourire voilà ceux que vous avez loupés si vous n’étiez pas à What’s Next !

Mais voila, What’s next c’est fini.

Tout d’abord, grand merci à Zenika pour s’être investi dans cet évènement. L’endroit était sympa, les conférenciers sacrément bons, l’organisation pile poil, rien à dire j’ai aimé.
Allez, je me permets un petit bémol, j’aurais aimé un plus grand panachage entre conférence en anglais et en francais. Et ne me dites pas qu’il n’existe pas de bons francophones !

Je vais vous éviter le résumé complet des conférences, si ca vous intéresse vous avez déjà :

  • Bon mais du coup, je parle de quoi ? Eh bien c’est simple, tag cloud (*) à l’appui je vous propose un petit retour sur toutes les technos évoquées.
    (Oui parce que bon, « What’s next » en fait ca parlait pas mais alors vraiment pas que de Java)

    created at TagCrowd.com

    Première impression en voyant ça, cette conf a fait la part belle aux langages fonctionnels avec même une présentation entière sur Clojure.
    Je reviendrais sans doute sur le sujet dans un prochain billet.

    Autre grand gagnant du jour, le cloud. Ils nous en ont tous parlé (ou presque) !
    – spring avec cloudfoundry
    – jenkins avec cloudbees
    – microsoft avec azure
    – adobe flex avec LiveCycle Collaboration Service (merci Michael pour m’avoir rappelé le nom ^^)

    Et quand ça ne parlait pas de plateforme de cloud, ça parlait de scalabilité, de tolérance de panne, le tout dans des environnements très distribués.

    Bref, le virage amorcé depuis quelques temps vers le « tout immatériel » se confirme et on commence à voir de belles plateformes et de beaux outils arriver. A suivre !

    Autre gagnants dans une moindre mesure et dans le désordre :

    • le html 5 et ses websockets
    • le mode connecté avec de belles démos de node.js ou de flex

    Et oui, une tendance qui semble se dégager c’est que les applis web de demain vont grandement changer avec des connexions longues entre client et serveur.
    A noter une démo qui a bien plu au public sur l’envoi de messages entre le navigateur et RabbitMq effectué avec Node.js

    Et les perdants dans tout cela ?
    Pas vraiment de perdant mais paradoxalement une part moins belle que prévu faite à Java. Comme le souligne Neal Gafter l’absence de nouvelles versions depuis la sortie de Java 6 en 2006 y est pour beaucoup. Cependant sa présentation est resté optimiste avec notamment 3 prochaines versions (si si, java 9 était évoqué sur un slide mais Neal a fait l’impasse dessus).

    (*) oui, oui le cloud était à l’honneur

     
  • hlassiege