Principe de Peter et corollaire d’Archimède

Disclaimer

Second degré exigé pour lire ce billet. Rassurez-vous, aucun manager n’a été blessé lors de sa rédaction.

 

Vous connaissiez peut-être déjà le principe de Peter ? Si ce n’est pas déjà le cas, je vous conseille de lire attentivement l’article complet sur Wikipedia. Quant à moi je vais uniquement me contenter de vous en donner le résumé :

“dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence”

Pour expliquer simplement, si vous êtes bon, vous êtes promu. Jusqu’à ce que le poste auquel on vous promeut demande des compétences qui ne sont pas les vôtres. A ce moment là vous avez atteint votre niveau d’incompétence et vous stagnez au même niveau.

Ce principe a plusieurs corollaires dont l’un des plus célèbres :

“A long terme, tous les postes finissent par être occupés par des employés incompétents pour leur fonction ;”

Mais connaissiez-vous le corollaire d’Archimède ? Non ? Normal, c’est une interprétation personnelle. A vrai dire, je pourrais l’appeler le corollaire d’EventuallyCoding mais je doute que ce nom passe à la postérité (*).

(*) Et si jamais c’était le cas, j’espère que les futurs managers qui recevront mon CV auront un bon sens de l’humour…

Voyez-vous, je fais de la plongée sous-marine et en plongée on doit lutter contre la poussée d’Archimède et la pression de l’eau.

En surface et quelques mètres en dessous, on subit la poussée d’Archimède :

“Tout corps plongé dans un fluide au repos subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé ; cette force est appelée poussée d’Archimède.”

plongee1

Ce à quoi on rajoute parfois :

“Au bout d’une heure ce même corps au repos est considéré comme noyé”

Voila pourquoi on doit se lester avec des poids et bien vider son gilet pour espérer couler. Croyez-moi, c’est pas si simple quand on débute.

Mais, comme tout plongeur le sait, cette pression change de sens quand on descend. En effet, à partir d’un certain seuil, la pression de l’eau au dessus devient plus forte que le poids du volume d’eau du plongeur et il devient nécessaire de remettre un peu d’air dans le gilet. Sinon on coule à pic.

plongee2

La maîtrise de tout ces éléments constituent ce qu’on appelle la flottabilité (voir cet article pour plus de détails).

Eh bien le principe de flottabilité s’applique complètement au principe de Peter !

Si effectivement au début on parvient à être promu par nos compétences (le plomb dans la ceinture), au bout d’un moment, on est promu par notre incompétence !

Suivant le principe d’entreprise bien connu : promoveatur ut amoveatur (qu’il soit promu pour que l’on s’en débarrasse) (*), à partir d’un seuil, vous poursuivez la descente (ou la montée dans le cas d’une échelle hiérarchique) en espérant que vous alliez bien lentement mourir au fond de l’eau, de préférence loin de tout le monde et sans bruit, manquerait plus que ça (**).

(*) Eh oui, le seul moyen de se débarrasser de vous sans se désavouer soi-même pour un de vos supérieurs, c’est de vous promouvoir ailleurs. Chez l’un de vos bien aimés collègues chefs ou sur un poste à libellé pompeux et néanmoins inutile : responsable du référentiel organique, deputy manager de la chaine communicante

(**) Le côté insonore est heureusement l’apanage de l’eau et des grands bureaux de direction

 

Sur ces bonnes paroles et l’absence probable de lecteurs encore présents à ce stade de ce billet, vous pouvez retourner à une activité normale.

Et veillez à bien maîtriser votre flottabilité !

 

hlassiege