Tu fais quoi dans la vie ?

J’imagine qu’il y a bien une question qui revient régulièrement dans les discussions “qu’est ce que tu fais dans la vie ?”

Et vous je ne sais pas, mais moi j’ai vraiment du mal à y répondre et non seulement je suis prêt à parier que je ne suis pas le seul mais qu’en plus ce sera encore plus difficile pour tout le monde dans le futur.

Déjà quelque soit le métier, peu de gens sont capables de comprendre ce que vous faites. Faisons un jeu et prenons votre grand mère pour l’illustrer. Bravo à vous si vous ne vous reconnaissez pas dans les exemples suivants :

  • Vous êtes podologue, elle vous appelle pour lui prescrire du doliprane
  • Vous êtes développeur/tester/chef de projet ou quoi que ce soit dans l’informatique, elle vous appelle pour réparer son imprimante
  • Vous travaillez en finance de marché, elle vous appelle pour avoir des explications sur son PEL
  • Vous travaillez pour un opérateur téléphonique, elle vous appelle pour avoir des conseils sur l’achat d’un téléphone

Et la liste pourrait être très longue…

A la limite vous allez me dire, c’est une question d’époque, de nouveaux métiers etc…

Mais ce que je vous prédis c’est que de plus en plus, même vos collègues ne seront plus capables de dire tout ce que vous faites.

Combien d’entre vous participent à des associations, que ce soit du sport ou des activités plus engagés ? Combien d’entre vous participent ou animent des user groups, des forums, des blogs ? Vous y passez combien de temps ? Plus que votre métier “alimentaire” ? Quand on vous pose cette fameuse question “qu’est ce que tu fais dans la vie ?” qui préférerais parler de ça ?

(pour ceux qui bossent en finance ou dans le nucléaire ca se comprend… #jeplaisante)

 

Et le plus amusant, quand on te demande ton statut…

Parce que bizarrement, quand on te demande ce que tu fais dans la vie, on s’attend toujours à te mettre dans des cases : profession libérale, salarié, chef d’entreprise, intermittent du spectacle (ou prestataire c’est pareil pour certains). Les mêmes petites cases que nos parents.

Oui sauf que, parmi les salariés, combien ont une auto entreprise ? Pour rappel, il y a environ 900 000 auto entrepreneurs aujourd’hui contre 78 000 en 2009.

Ok, vous allez me dire c’est une activité d’appoint (qui peut quand même dégager 32 000 de CA par an pour de la prestation de service et 80 000 pour une activité de vente) donc je pourrais parler de mon CDI en premier. Possible… Et encore.

 

Pour rappel, en france, dans l’informatique, il y a désormais entre 30 et 35 000 freelances (31 000 en 2007 et je n’ai pas trouvé de chiffres récents). Ca représente environ 1 personne sur 10 par rapport aux personnes qui bossent dans le secteur du numérique et 1 sur 20 qui bossent dans les métiers de l’informatique (Cf un ancien article). Il y a 700 000 freelances tout métiers confondus (+85% entre 2004 et 2013) selon l’EFIP.

 

Vous voyez où je veux en venir ?

 

Pour ma part, j’ai été :

  • salarié en SSII (mais dans mon CV j’indique pourtant le nom des boites clientes…)
  • salarié chez un éditeur de logiciel
  • gérant d’EURL (freelance pour simplifier)

 

Après ça s’est compliqué, j’ai fait ça dans les 4 dernières années, souvent en même temps :

  • gérant d’EURL
  • co fondateur de SAS, une société collaborative : www.lateral-thoughts.com
  • créateur de www.localizeyourapps.com
  • co-fondateur de www.hopwork.com (et désormais salarié)
  • formateur via Lateral-Thoughts et d’autres organismes
  • vacataire en IUT
  • mais aussi membre de DevLyon, membre des Zindeps, membre du comité d’organisation de Devoxx en 2012, co-organisateur des HumanTalks Lyon

(Pour la petite parenthèse, ça m’amuse toujours quand on me dit :

  • “- Ben donc t’es freelance ?”.

Hum, oui, bon, on va dire… …)

 

Vous ne voyez toujours pas ?

Je pense que, notamment avec cette fameuse génération Y de plus en plus présentes en entreprise, le monde du travail va changer.

Je crois véritablement que c’est une tendance qui s’accentuera dans les prochaines années. On a déjà constaté que les carrières longues n’étaient plus la norme comme elles ont pu l’être il y a quelques années.

Fini le classique CDI de 9h a 18h, 5 jours sur 7 dans une grosse banque, le fameux métro boulot dodo. Désormais pour beaucoup d’entre vous, vous allez avoir plusieurs sociétés qui vont se succéder mais surtout cohabiter. Si vous ne faites plus du 5 jours pour une société, vous allez peut-être même prendre plus de temps qu’auparavant sur des chose qui vous branchent.

Cette fameuse association ou ce fameux projet qui vous prenait vos soirs et week-end au détriment de votre vie familiale, peut-être que désormais vous allez vous y consacrer 1 ou 2 jours par semaines à temps plein et regagner du temps avec votre famille.

Remarquez bien que quand je parle de jours de semaine, je parle de jours par semaine, peu importe le jour. Si vous avez envie de bosser le dimanche mais pas le mardi, pourquoi pas. D’ailleurs le mot “jour” lui-même est un peu à la ramasse pour certains. Les contraintes familiales étant différentes vous déciderez peut-être de travailler plus tard pour avoir vos matinées de libre. Évidemment vous allez changer vos lieux de travail également : bosser chez un client, mais aussi bosser chez vous, dans un espace de coworking, en alternance chez vos associés etc…

En fait, si vous n’aviez pas trouvé votre boulot de rêve jusqu’à présent. Vous allez peut-être le créer d’ici quelques années.

 

Ce qui est sûr que c’est ce sera peut-être plus difficile de répondre à la question “Qu’est ce que tu fais dans la vie ?”.

Mais vous serez peut-être plus passionné par votre réponse.
Wait and see

 

hlassiege