wecodelikestars.com

Le texte suivant est une adaptation d’un texte humoristique qui visait à l’origine les énarques. En voici une légère modification dans le monde de l’IT. Toute ressemblance avec des personnes existantes serait purement fortuite… ou pas.

 

L’histoire raconte qu’en 2012 l’évolution des technologies auraient donné lieu à de nouveaux défis pour la société « World Company ». Celle ci, consciente de son retard, aurait organisé des challenges mensuels sur internet afin de récompenser les meilleures utilisations de leurs APIs. Le concours donna donc l’occasion à plusieurs équipes de développer des applications et la DSI de World company décida elle aussi de s’inscrire afin de démontrer de ces propres capacités à innover.

Le premier mois les développeurs de « wecodelikestars.com », une petite startup,  s’illustrèrent avec leur création d’une appli mobile. L’équipe de la DSI ne pu produire qu’un powerpoint… Le Comité de Consultation se réunit pour analyser les raisons d’un résultat si imprévu et déconcertant. Leurs conclusions furent les suivantes :

  1. L’équipe de wecodelikestars.com était formée de 5 développeurs…
  2. L’équipe de la DSI était, elle, constituée d’1 développeur et de 10 chefs d’équipe.

La décision fut portée à la sphère de planification stratégique pour le mois suivant, avec une réforme dont les répercussions se feraient ressentir à tous les niveaux de la délégation. Finalement, 5 mois plus tard lors du départ d’un nouveau challenge, l’équipe wecodelikestars.com reprenait une fulgurante avance en introduisant des concepts de gamification dans sa première appli mobile. Cette fois-là, l’équipe de la DSI pu a peine produire le premier écran de la maquette évoqué sur le powerpoint du précédent challenge…

La nouvelle analyse du Comité de Consultation rendait les constatations suivantes :

  1. L’équipe de wecodelikestars.com était formée de 5 développeurs…
  2. L’équipe de la DSI, suite aux réformes décidées par le Comité de Consultation et approuvés par la haute sphère de planification, comprenait :
    • Un chef d’équipe
    • Deux assistants au chef d’équipe
    • Sept chefs de section
    • Un développeur

La conclusion du Comité fut unanime et lapidaire : « Ce développeur est un bon à rien ».

Au challenge suivant se présentait une nouvelle opportunité pour l’équipe de la DSI. En effet, le Département du Haut Management de la DSI, en collaboration avec le Département de Recherche sur les Ressources Humaines de cette même société avaient mis au point une stratégie novatrice qui améliorerait sans aucun doute possible le rendement et la productivité, grâce à l’introduction de substantielles modifications dans la structure. C’était là la clef de voûte du succès, l’aboutissement ultime d’une méthodologie qui ferait pâlir d’envie même les meilleurs managers au monde…

Le résultat fut catastrophique. L’équipe de wecodelikestars.com arrivait cette fois encore en tête avec une analyse en temps réel des performances de vente via l’appli mobile. La DSI ne pu faire valider son application dans les temps par le service de recette dont la création des jeux de test dans Test Director n’avait pas été anticipé. Les conclusions furent effroyables :

  1. Dans un évident but de déstabilisation spéculative, l’équipe de wecodelikestars.com avait opté pour la formation traditionnelle : 5 développeurs
  2. L’équipe de la DSI avait introduit une formation avant-gardiste :
    • Un chef d’équipe
    • Deux consultants Qualité
    • Un auditeur en empowerment
    • Un superviseur de downsizing
    • Un analyste de procédures
    • Un technologue
    • Un contrôleur
    • Un chef de section
    • Un technicien chronomètre
    • Un développeur

Après plusieurs jours d’épuisantes réunions et autant de séances de brainstorming, le Comité décidait de punir le développeur en lui supprimant ses primes sur objectifs tout en annotant son dossier pour lui éviter toute promotion à l’intérieur de la DSI dont la Grandeur et Réputation risquait de se voir ternie par une telle incompétence. Lors de la réunion de clôture, le Comité statuait :
« Pour le prochain challenge, nous engagerons un nouveau développeur, mais par le biais d’un contrat d’Outsourcing, de manière à éviter toute friction syndicale et d’esquiver tout contrat de travail et charges sociales qui en découlent, éléments qui, sans aucun doute, ont jusque-là dégradé l’efficacité et la productivité de nos ressources ».

 

 

 

hlassiege